RECHAUFFEMENT  CLIMATIQUE
Le PAVE dans la MARE
par J-M Bonnamy
Editions l’Harmattan

Présentation par l’auteur :

Depuis 20 ou 30 ans le sujet du réchauffement climatique fait débat. La thèse avancée par les écologistes soutient que les émissions de CO² d’origine anthropique entrainent par effet de serre un emballement exceptionnel et catastrophique de la température moyenne de la Terre.

Bien que les motivations idéologiques de cette thèse aient été évidentes, elle n’en était pas moins plausible et demandait à être vérifiée ou invalidée. Malheureusement cette idéologie quasiment religieuse sous-jacente et ultérieurement les énormes intérêts politiques et financiers qu’elle a engendrés ont exclu toute tentative d’examen rationnel et scientifique.

Les arguments avancés par les « réchauffistes » autant que ceux que leur opposaient les « climato-sceptiques » ne dépassaient jamais le stade des interprétations divergentes de statistiques hasardeuses sur des données douteuses. Le fameux GIEC, évangéliste des thèses réchauffistes avaient beau jeu d’être critiqué pour ses innombrables mensonges, erreurs et malversations intellectuelles, cela ne constituait toutefois pas une preuve qu’il n’y avait pas de réchauffement et que ce dernier n’était pas causé par les émissions anthropiques de CO² en dépit de toutes les critiques que l’on pouvait opposer à cette thèse mais dont aucune n’était rigoureusement irréfutable.

Mon livre a la prétention d’apporter cette preuve de façon strictement et rigoureusement scientifique ce qui la rend incontournable. Il fait suite d’ailleurs à des vidéos intitulées « Accusé CO² levez-vous » placées sur le WEB longtemps avant sa parution et qui ont été visionnées par des milliers de personnes sans jamais faire  l’objet d’aucune contestation sérieuse de la part de scientifiques établis qui lorsque je les ai d’une façon ou d’une autre invités à débattre se sont réfugiés dans un silence prudent.

La thèse réchauffiste porte essentiellement sur les deux points suivants :

1/ La Terre est sujette à un réchauffement exceptionnel (je souligne le mot exceptionnel)
2/ Ce réchauffement est dû à l’augmentation de l’effet de serre du CO²

Mon livre répond à ces deux points. En ce qui concerne le premier il démontre que nous ignorons si ce réchauffement est une réalité ou non étant donné que la seule preuve au sens scientifique que l’on peut en donner réside dans sa mesure  de l’ordre du degré en un siècle selon le GIEC. Cette mesure peut être critiquée et à juste titre sous bien des aspects, mais le plus important est que la méthode du GIEC pour l’évaluer est une hérésie scientifique et que ce chiffre n’a aucun sens. La raison en est que l’on ne peut ajouter des températures, sinon en mélangeant deux verres d’eau à 50°C on obtiendrait de l’eau bouillante !

S’il est stupide d’additionner des températures il est encore plus stupide de calculer une moyenne ! Cela surprend beaucoup de gens parce que nous sommes habitués dans le langage commun à parler de température moyenne alors que nous entendons par ce terme une simple probabilité que la température quelque part à une certaine époque se situe dans une certaine zone. Cet abus de langage excusable de la part de personnes qui ne sont pas scientifiques ne l’est pas pour un organisme qui se prétend scientifique et constitue une évidente et délibérée tromperie. Dans l’impossibilité de démontrer rigoureusement que la Terre se réchauffe ainsi et s’est réchauffée comment d’ailleurs savoir si cela était confirmé si un tel réchauffement serait effectivement exceptionnel ?

Après cet avant-propos le livre expose sans équations et de la façon la plus simple possible toutes les notions de base concernant la chaleur, la température, l’effet de serre, les phénomènes radiatifs et calorifiques, etc.. et la façon dont les énergies correspondantes s’échangent, de façon à permettre à un lecteur non scientifique d’acquérir les connaissances de base lui donnant accès à la démonstration rigoureusement scientifique de l’innocence du carbone liée à la saturation de l’effet de serre de ce gaz. Mon souci a été d’associer vulgarisation et rigueur scientifique pour mettre mon livre à la portée de tous quel que soit le niveau d’expertise. Les remarquent qui m’ont été faites ont mis en évidence le fait que ces notions de base sont méconnues ou mal interprétées même par des personnes possédant une bonne culture scientifique. Par exemple bien des personnes pensent qu’une molécule qui a absorbé un photon devient plus chaude ce qui est faux : la température d’une molécule correspond à son énergie cinétique qui ne change pas lors de l’absorption d’un photon. L’énergie potentielle ainsi acquise peut par collision avec d’autres molécules se transformer en énergie cinétique donc en élévation de température, mais contrairement à ce que beaucoup de gens croient, il est impossible à l’inverse d’exciter une molécule en la chauffant, sinon le vent émettrait des ondes électromagnétiques qui perturberaient les émissions radios.  La plupart des gens acceptent aussi le paradigme selon lequel tout corps chaud émet des radiations, alors que cela ne concerne que les corps solides. Il est vrai que ceci n’est presque jamais mentionné dans les manuels de physique … et que ce paradigme devient si instinctif que, honte à moi, …. j’ai écrit le contraire dans mon livre page 39  où, je cite  » tous les corps chauds, solides, liquides et gaz, rayonnent  » … j’aurai du souffler dans l’éthylomètre avant de rédiger cette page et je suis atterré par cette erreur qui peut conduire les lecteurs qui me font conscience à penser de travers.

Pourquoi les corps chauds solides rayonnent et pas les gaz ? Ceci provient du fait qu’un rayonnement électromagnétique ne peut résulter que du mouvement de particules électriquement chargées dans un champ magnétique. Lorsqu’on chauffe un gaz ses particules acquièrent de l’énergie cinétique : elles sont électriquement neutres et ne se déplacent pas dans un champ magnétique, donc elles ne génèrent pas d’ondes électromagnétiques. Dans un solide au contraire les molécules ne peuvent que vibrer et leurs composants très rapprochés sont électriquement chargés et vibrent dans le champ magnétique créé par leurs voisins.

Comme les gaz et les liquides chauds n’émettent pas de rayonnement électromagnétique, il s’ensuit que leur appliquer les lois du Corps Noir  – y compris la loi de Stephan qui en découle – est une hérésie !

L’effet de serre consiste pour un gaz à absorber les infrarouges émis par la Terre et à lui retourner l’énergie correspondante. En l’absence de GES ces infrarouges s’échappent dans l’espace. Si la teneur en GES est faible seule un certain pourcentage s’échappe. Au fur et à mesure que la teneur augmente ce pourcentage augmente jusqu’à atteindre 100% et il est bien évident qu’à partir de ce moment l’ajout de gaz ne peut plus avoir d’effet, de même qu’on ne peut pas augmenter la lumière d’une bougie et la transformer en  projecteur en la faisant se réfléchir dans un miroir plus grand. Comme me l’a écrit un de mes correspondants, s’il y a une pénurie de haricots, ce n’est pas en ouvrant de nouveaux magasins qu’il y en aura plus !

Les trois schémas ci-dessous représentent le spectre des émissions infrarouges de la Terre : la surface délimitée par ces spectres représente l’énergie IR renvoyée dans l’espace qui doit être constante et égale à l’énergie reçue et absorbée en provenance du soleil. L’introduction d’un  gaz à effet de serre du schéma 2 se traduit par une indentation qui diminue cette surface. La Terre réagit en se réchauffant pour rétablir l’équilibre précédent ce qui déplace le spectre. Le schéma 3 illustre la saturation. L’indentation du spectre a atteint son maximum et bien entendu à partir de là l’ajout de GES n’aura plus d’effet. Ce déplacement de la courbe ou de son sommet constitue une définition -qui actuellement n’existe pas- et une mesure de l’effet de serre.

La teneur en CO² de l’atmosphère est depuis longtemps très largement supérieure à cette teneur de saturation, comme le prouve le fait qu’aucune des   radiations infrarouges que le CO² peut absorber ne s’échappe dans l’atmosphère. En font foi les graphiques largement diffusés comme celui-ci  extrait d’un rapport du GIEC qui montre cette absorption totale dans la quatrième des bandes de fréquences que le CO² absorbe et émet, la seule qui intervient dans l’effet de serre, les autres étant insignifiantes.

Puisque les mesures du réchauffement telles que les pratique le GIEC sont aberrantes la question se pose de savoir si on pourrait leur substituer d’autres méthodes et la réponse est bien sûr que oui : il faut avoir recours au spectre des ondes électromagnétiques émises par la Terre qui délimite une surface correspondant à l’énergie renvoyée par la planète. C’est la méthode qu’emploient les astrophysiciens pour mesurer la température des astres trop éloignés pour y puisse porter un thermomètre.

Pour expliquer l’effet de serre j’ai recours bien que ce ne soit pas absolument nécessaire au fait que dans le domaine des infrarouges la Terre se comporte approximativement comme un Corps Noir, un corps idéalisé dont les spectres d’émission s’échelonnent en fonction des températures. Cela me permet de donner une définition scientifique de l’effet de serre, définition qui de façon surprenante n’existe pas, et de le quantifier de façon rigoureuse. Cette analyse m’amène à énoncer un Théorème que j’ai qualifié de Fondamental, car il établit que les seuls phénomènes qui peuvent agir sur la température de la Terre en dehors des fluctuations de l’énergie solaire sont ceux qui affectent soit le pouvoir réflecteur de la Terre, l’albédo, soit l’effet de serre. Ceci permet d’éliminer tous les phénomènes atmosphériques qui ne répondent pas à ces critères et dont on pourrait supposer a priori qu’ils pourraient jouer un rôle dans le réchauffement.

Ces considérations globales et la démonstration de l’innocence du carbone demandent à être illustrées par la description du mode opératoire de l’effet de serre que les formules définissent mais ne décrivent pas, ce qui fait l’objet d’un chapitre de mon livre. La Terre est la seule source d’’infrarouges et les gaz à effet de serre (qu’il faut étudier un à un sans faire d’amalgame) sont des gaz qui peuvent absorber des gammes précises de fréquences de ces infrarouges dont les photons « excitent » les molécules. Ces molécules se désexcitent spontanément très rapidement soit naturellement soit à la suite de collisions avec les molécules d’autres gaz soit par réémission spontanée d’un photon exactement identique en énergie au photon qui les a excités.  En fait les collisions sont si nombreuses que la désexcitation spontanée ne se produit que très rarement. Ces collisions augmentent la vitesse des molécules et leur énergie cinétique, c’est-à-dire leur température. C’est ainsi que l’atmosphère est chauffée et transmet ensuite cet échauffement à la Terre par conduction.

Démontrer que » le CO² n’est pas à la source d’un quelconque réchauffement débouche » sur deux possibles conclusions : ou bien le réchauffement est une illusion, ou bien si ce n’est pas le cas il est engendré par une autre cause totalement inconnue. Dans les deux cas les milliards d’Euros dépensés pour lutter contre les émissions de carbone sont un scandaleux gaspillage de l’argent du contribuable qui pourrait être employé à des fins plus utiles au lieu d’être jeté dans le caniveau.

J’ai mis sur le Net il y a plus de deux ans trois vidéos consacrées au sujet sous le titre « Accusé CO² levez-vous » que je vous invite à voir en dépit de leur critiquable qualité technique. Je n’ai pu les corriger suite à la perte de mon mot de code You Tube et je projette de les compléter par une nouvelle série de vidéos qui sera annoncée sur ce site. En attendant si vous voulez en savoir plus, lisez mon livre !

Je serai heureux de répondre à tous les commentaires qui me seront faits  condition que ces commentaires s’abstiennent de m’insulter (comme je l’ai été sur mes vidéos) et se limitent au domaine scientifique et plus particulièrement à la critique éventuelle de ma démonstration. Il est inutile de m’assaillir de commentaires  qui se limitent à me traiter d’ignorant ou de suppôt de Satan en me référant aux propos de tel, ou tel guru. Si vous n’êtes pas d’accord avec mon raisonnement apportez des preuves solides au dossier. C’est un défi que j’ai lancé depuis que j’ai posté mes vidéos et publié mon livre à autant de « réchauffistes » que j’ai pu soit directement soit à travers les sites internet qui acceptent les commentaires, et jusqu’à présent personne n’a même osé la moindre tentative de réfutation. N’est-ce pas Greenpeace ? ou tant d’autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/*